Faut-il assurer son animal exotique?

Les nouveaux animaux de compagnie ont débarqué dans nos maisons et sont de plus en plus nombreux. Petit point sur les moyens de protéger au mieux votre animal et votre famille. Officiellement, 5 % des foyers possèdent un animal exotique, mais officieusement ce chiffre est probablement beaucoup plus important. Depuis quelques années, d'autres animaux font leur entrée dans les foyers français.

Un engouement certain pour les animaux rares et inhabituels

Face au déferlement d’animaux inhabituels, c’est un vétérinaire lyonnais, qui en 1980, a mis un terme officiel pour désigner cette nouvelle catégorie : les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC).

Ainsi, dans le palmarès des animaux préférés des français, on voit apparaître le furet en troisième position, un petit mammifère exotique. Si les NAC sont entrés dans les mœurs et dans nos foyers depuis quelques années, il faut cependant faire attention à leurs besoins, leur mode de vie, leur alimentation et surtout leur espèce. Ces animaux ont besoin d’attentions particulières et de vétérinaires spécialisés.

Les risques et contraintes des NAC

Il faut prendre en compte plusieurs risques lorsqu’on possède un NAC, ce sont des animaux sauvages souvent réintroduits dans un foyer de particuliers et même si certains se sont bien adaptés à la compagnie humaine, comme le rat, le furet ou encore le perroquet, d’autres restent des animaux sauvages et donc potentiellement dangereux.

Ces animaux présentent un risque plus élevé de morsures (parfois venimeuses) ou de griffures (pouvant transmettre des maladies), ainsi les animaux venimeux doivent être obligatoirement déclarés à la Direction des Services Vétérinaires (DSV).

Du fait de leur exotisme, les NAC peuvent plus facilement tomber malades, que ce soit à cause du climat, de l’alimentation ou d’un mode de vie trop éloigné de leurs habitudes dans la nature. Souscrire à une assurance pour son Nouvel Animal de Compagnie devient un bon moyen de minimiser l’impact financier en cas de maladie ou de blessure, si celui-ci demande un vétérinaire spécialisé ou des soins très coûteux.

De plus, la responsabilité civile du propriétaire peut être engagée, si son NAC cause du tort à un tiers ou s’évade dans la nature alors qu’il est une espèce invasive sur le territoire français.

Quelle solution d’assurance choisir ?

De nombreuses compagnies d’assurances investissent ce nouveau marché, face à une multitude de nouvelles assurances animaux exotiques, la comparaison des offres restent le meilleur moyen de faire son choix. Il faut faire attention à choisir un contrat parfaitement adapté aux besoins de son NAC, surtout selon son espèce.

Face à la hausse de demande de souscription d’assurances NAC, les assureurs classent les NAC de la manière suivante :

Les mammifères (furets, hermines, fennecs, …)
Les reptiles (boas, pythons, iguanes, caméléons, …)
Les arthropodes (araignées, scorpions, myriapodes, …)
Mais aussi les insectes, les amphibiens, les oiseaux, les poissons, …

 

Afin de trouver la meilleure assurance NAC, notre comparateur d'assurances animaux est un outil indispensable. Selon l’espèce et les besoins de votre NAC, une assurance NAC sera adaptée pour vous. Néanmoins, les assurances NAC sont plus onéreuses que pour les animaux classiques.

Le fonctionnement est identique, après la souscription, vous aurez un formulaire à renvoyer pour vous faire rembourser les factures du vétérinaire, de la même manière qu’une assurance animaux classique. Si vous possédez un animal exotique potentiellement dangereux (serpent, araignée, …), il vaut mieux y inclure une garantie de responsabilité civile qui vous protègera si votre animal blesse un tiers.